Chapelle Corneille Detail

Le décor intérieur et les retables

Les vitraux non historiés composés de verres quasiment transparents font régner une grande clarté à l’intérieur de l’édifice. Cette luminosité met en scène magnifiquement le décor et permet de rendre visibles, en tout point de l’espace, les retables, notamment le retable du maître-autel. Celui-ci, de dimensions imposantes, est composé comme un arc de triomphe. 

Le programme iconographique qui se développe tant dans le décor intérieur sculpté de la nef que dans celui du transept et du chœur révèle des dévotions propres à la spiritualité de la Contre-Réforme et pour certaines propres aux jésuites. Ainsi, la Vierge Marie est particulièrement célébrée. Le bras ouest du transept rend hommage à son nom (initiales MA), à l’Annonciation (ange tenant un lys) et à la Vierge de douleurs (cœur transpercé de sept glaives). Le décor laisse aussi une large place à la figure du Christ enfant, qu’elle soit associée à celle de Joseph dont le culte connaît un formidable essor au xviie siècle, ou confrontée à l’épisode de la Passion. Une autre figure omniprésente dans l’ornementation est celle des anges. En effet, le culte des anges, et plus particulièrement celui de l’Ange Gardien, se développe après le Concile de Trente. Au Gesu à Rome, église mère de la Compagnie de Jésus, une chapelle leur est dédiée dès la fin du xvie siècle et les fresques de Baciccio les représentent abondamment. 

À Rouen, les anges se déploient en bas-relief le long des grandes arcades de la nef ou des tribunes, ou remplissent en haut-relief des consoles. Pour ces derniers, au vu du nombre de leurs ailes, un doute demeure sur leur identité : anges (deux ailes), chérubins (quatre ailes) ou séraphins (six ailes) ?

Les retables au temps du collège des jésuites

Les jésuites utilisent les images comme un support de méditation et d’élévation spirituelle favorisant l’intériorisation de la religion. Ils passent commande auprès de grands maîtres de la peinture française, en leur laissant une grande liberté d’exécution. Les huit retables de la Chapelle Corneille ont été restaurés dernièrement. Celui du maître-autel est la pièce la plus importante. Il représente l’Assomption de la Vierge. Les autres retables illustrent la vie du Christ, celle de la Vierge ou encore Saint Joseph portant l’enfant Jésus.