Chapelle Corneille Detail

Restaurations

En septembre 1942, deux bombes tombent à une cinquantaine de mètres de la chapelle, occasionnant de lourds dégâts et ruinant les habitations adjacentes. L’association pour la restauration de la chapelle, fondée en 1957, déplore la lenteur des travaux sur dommages de guerre et l’état préoccupant de l’édifice. Heureusement, les années 60 marquent la réalisation d’un indispensable chantier sur le gros oeuvre (mise hors d’eau et hors d’air, reprise des fondations en soussol pour stabiliser l’ensemble). Ces premiers efforts rendent possibles des ouvertures exceptionnelles, comme en mai 1962, où l’orchestre de chambre de Paris fait résonner sous les voûtes le Gloria de Vivaldi. Ensuite, les interventions se succèdent à un rythme plus ou moins soutenu. Les années 90 voient la façade restaurée, les voûtes hautes consolidées, et l’aménagement d’un chauffage par le sol permettant l’accueil, entre 2000 et 2003, de concerts dans le cadre du festival Octobre en Normandie.

Une restauration pilotée par la Région 

Depuis 2004, les restaurations menées sous maîtrise d’ouvrage de la Région – avec le soutien financier de l’État et du Département de Seine-Maritime – ont concerné les élévations intérieures et extérieures du transept, du choeur et de la nef. Tous les vitraux ont été refaits, grâce au mécénat de la fondation Gaz de France, le montant de ces travaux s’élevant à plus de 4 M €.La restauration des décors intérieurs en pierre sculptée et en marqueterie de marbre est terminée depuis juillet 2009 ainsi que la cour nord ouest donnant sur la rue Maulévrier pour un coût de 1,3 M €. Enfin, entre 2012 et 2013, les huit retables présents dans la chapelle sont restitués dans un état le plus proche possible de l’origine et achèvent en apothéose la sauvegarde de la chapelle âgée aujourd’hui de près de 500 ans.